« Réforme de la formation des enseignants » ou nouvelle attaque contre le statut, la rémunération, les postes ?

Propagée par les ministères de l’Éducation nationale et de l’enseignement supérieur et de la recherche, la formule « réforme de la formation des enseignants » est trompeuse car très réductrice.
Comme il est habituel de la part de ce gouvernement, les informations officielles et écrites sont très imprécises et rares. Combinées aux informations distillées dans les discours ou interviews, elles permettent cependant de tracer les grandes lignes de la nouvelle attaque qui se prépare.


Réunion sur la fonctionnarisation des personnels ouvriers des CROUS

Le ministère confirme les reculs de cette fonctionnarisation au rabais

Ce 25 septembre, les Organisations Syndicales ont été reçues au ministère pour faire un point sur la fonctionnarisation. L’ensemble des dangers et des reculs que cette fonctionnarisation implique ont été confirmés.


« CAP 2022 » : une offensive sans précédent contre les statuts des personnels et les établissements de l’Enseignement supérieur et de la recherche !

Les scandales de l’été n’ont pas entamé la volonté du gouvernement de multiplier les attaques générales contre les salariés, les retraités, les bénéficiaires des prestations sociales… Outre l’énorme chantier de casse des systèmes de retraites annoncé, le rapport du « Comité action publique 2022 » (CAP 2022) formalise toutes les attaques mises en route contre la fonction publique et ses agents.


Un projet de Budget 2019 cohérent avec la feuille de route du gouvernement :

attaquer tous les droits collectifs liés aux statuts
écraser le pouvoir d’achat
fragiliser les organismes de la recherche publique

Un projet de budget désastreux pour l’emploi scientifique et les moyens des équipes

L’augmentation affichée de 1.8% du budget de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche est inférieure à l’inflation. Les conditions de travail de tous les personnels ne peuvent qu’en souffrir.


Voilà le bilan de M. Blanquer et de Mme Vidal : ils ont vidé les facs !

Jeudi 6 septembre, alors que la phase principale d’inscription via Parcoursup vient de se terminer, les ministres Vidal et Blanquer annoncent de concert que seuls 3 000 bacheliers sont sans affectation. En réalité, ce sont encore plus de 47 000 lycéens ou étudiants qui sont bloqués dans le logiciel, sans aucune place dans l’enseignement supérieur. À cela s’ajoutent les 71 000 jeunes en attente et qui espèrent obtenir une meilleure affectation… et les 181 000 candidats qui ont définitivement quitté la plateforme, dont on ne sait pas ce qu’ils sont devenus. Certains auront été découragés, d’autres ont été contraints de trouver une formation privée, ou bien ont eu l’obligation de chercher du travail. Bref, la ministre peut bien dire ce qu’elle veut, Parcoursup a laissé des dizaines de milliers de bacheliers sur le carreau.