La transposition du protocole PPCR répond-elle aux revendications ?

Corps de catégorie A ITRF et de Bibliothèques

Assistants ingénieurs

La revalorisation en début de carrière produira un effet limité avec l’allongement des durées des premiers échelons. La création tardive (2019) d’un échelon supplémentaire ne rapportera à cet horizon que 14 points en sommet de grille si on enlève l’effet de transfert primes-points (9 points).


NON, PPCR n’est pas ce que les personnels revendiquent et sa transposition dans l’ESR non plus !

Le ministère a présenté le 12 janvier 2017 les mesures de transposition du protocole Parcours Professionnel Carrière et Rémunérations ou PPCR aux corps de catégorie A de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Le Ministère, comme il l'avait fait pour les corps de l'Education nationale, avait choisi ses interlocuteurs, discutant à part et préalablement avec les « signataires » (UNSA, CFDT, FSU) et le SNPTES, ce à quoi FO, 1e organisation de la fonction publique d’Etat, s'est toujours opposée, qui plus est alors qu'il n'y a eu aucun protocole signé. En effet, les signataires ne représentant pas la majorité (règle fixée par le gouvernement), c’est le premier ministre d’alors, M. Valls, qui est passé outre en décidant que ce plan serait appliqué unilatéralement par le gouvernement.


Réunion du 12 janvier 2017 de présentation par le ministère de la transposition de PPCR aux corps de l’enseignement supérieur et de la recherche

Déclaration du SNPREES-FO et de SupAutonome-FO

Le SNPREES-FO et SupAutonome-FO remercient le ministère de les avoir invités à cette réunion de présentation de la transposition de PPCR aux corps de catégorie A de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Nos organisations rappellent tout d’abord que notre fédération de fonctionnaires, la FGF-FO, n’a pas signé le protocole Parcours Professionnel Carrière et Rémunérations ou PPCR. Avec la FGF-FO et la FNEC FP-FO, nous condamnons le passage en force du gouvernement qui a décidé d’appliquer ce protocole minoritaire.


Pour l’abandon du « suivi de carrière » des enseignants-chercheurs

En 2009 le ministère de Valérie Pécresse avait prévu la mise en œuvre d’une « évaluation » récurrente du travail des enseignants-chercheurs comme un levier pour enclencher la « modulation » de leurs services d’enseignement. Face à l’opposition générale des universitaires, le ministère avait dû renoncer à imposer la modulation, celle-ci étant soumise, notamment à la suite de l’intervention du SNPREES-FO et de SupAutonome, à « l’accord écrit de l’intéressé » (art. 7-3 du décret statutaire 84-431).

On aurait pu penser que l’ « évaluation » resterait en conséquence lettre morte.


Compte-rendu du Groupe de Travail du 22 décembre 2016
« FONCTIONNARISATION » des Personnels Ouvriers CROUS :

Le voile commence à se lever....

Le Président du CNOUS s'est fait confirmer l'engagement du chantier sur la fonctionnarisation dans les corps des ITRF. {Compte rendu interministériel "RIM" par papier (bleu) vaut pour validation et débouche sur l'hypothèse de la filière ITRF}.

Principaux points mis en avant par le Président du CNOUS :