Courrier de la ministre aux personnels de l’ESR
Sous les flatteries, la provocation !

Après la bataille, Napoléon félicitait ses grognards en leur tordant l’oreille ou leur distribuant ce qu’il appelait des « breloques », après le confinement la ministre s’adresse aux salariés de l’ESR en leur adressant un courrier.
Celui-ci est nourri des poncifs de la novlangue managériale qui parsèment les discours des responsables depuis des années : depuis les « valeurs » jusqu’à l’ « engagement », en passant par la « communauté ». L’imprécision des « valeurs » octroie toute latitude de ne pas respecter les principes et les règlements qui gouvernent la fonction publique et l’Université, à commencer par celui de l’égalité des étudiants devant les examens, ou de bafouer les droits des personnels, à commencer par la liberté pédagogique, que remettent en cause les examens en ligne.


Examen en urgence du projet de loi portant diverses dispositions urgentes pour faire face aux conséquences de l’épidémie de COVID 19, soumis à l’assemblée nationale le 14 mai 2020.

Ce projet aborde les prolongations de contrats publics dans les établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Le point 2 g de l’article 1 du projet de loi permet :


CNESER du 12 mai 2020

Déclaration liminaire de FO

Un point d’information et d’échange autour des mesures d'urgence prises dans le cadre de l'épidémie de covid-19 est présenté en début de ce CNESER.
À cet égard, nous ne pouvons que dénoncer l’insuffisance des dispositions prises au niveau de l’enseignement supérieur et la recherche.


BUT : plus que jamais, retrait

En plein confinement, le gouvernement continue de faire passer en force la réforme des IUT.

La réforme des IUT, avec la transformation du DUT en deux ans en un BUT en trois ans, détruirait ce diplôme :


Pas de congés imposés pendant la période de confinement !

Abrogation de l’ordonnance n°2020-430 du 15 avril 2020 !

Interpellées par des syndicats FO ESR, certaines universités, comme celles de Brest (Université de Bretagne Occidentale, UBO) ou de Saint-Étienne (Université Jean Monnet), ont annoncé qu’elles ne reviendraient pas sur les engagements qu’elles avaient pris de ne pas imposer de congés pendant la période de confinement, ceci même après la publication de l’ordonnance 2020-430 du 15 avril, qui a prévu que les personnels BIATSS devaient se voir décompter jusqu’à 10 jours de congés ou RTT pendant cette période. À l’UBO, la présidence estime à juste titre que l’ordonnance est respectée du fait de « l’existence d’un protocole annuel de congés "contraints" (via les périodes de fermeture administrative habituelles de l’établissement) ».