FERC-CGT, FNEC FP-FO, FSU, SUD Education, Solidaires Etudiants, UNEF, UNL

Mobiliser contre le « plan étudiant » !

Alors même que les personnels, étudiant·es et lycéen·nes prennent connaissance du contenu du projet de réforme du premier cycle universitaire et commencent à se mobiliser, le gouvernement fait le choix du passage en force et de la précipitation. Un certain nombre de mesures sont mises en place avant même l’adoption de la loi. Le plus emblématique est la saisie du CSE sur des décrets avant même l’étude de la loi par l’Assemblée Nationale.


GIPA : les bonnes œuvres pour les pauvres !

La garantie individuelle du pouvoir d’achat (GIPA) a été renouvelée pour l’année 2017. Pour rappel, elle est censée permettre le maintien du pouvoir d’achat face à l’inflation et résulte d’une comparaison établie entre le taux d’inflation et l’évolution du traitement indiciaire brut (TIB) de l’agent sur une période de référence de quatre ans (cette année du 31 décembre 2012 au 31 décembre 2016). Si le TIB effectivement perçu par l’agent au terme de la période a évolué moins vite que l’inflation, un montant indemnitaire brut équivalent à la perte de pouvoir d’achat constatée lui est versé.


Défense des formations en ESPE

Le SNPREES-FO et SupAutonome-FO soutiennent les collègues dans les ESPE qui refusent de sacrifier la qualité de la formation et s'opposent à la diminution des volumes horaires dans les maquettes des masters que ce soit pour le premier ou le second degré.


Jour de carence : c’est reparti !

L’assemblée nationale a voté le 20 novembre le rétablissement du jour de carence pour les arrêts-maladie des agents de la Fonction publique, sous couvert d’une « égalité » privé/public, argument déjà avancé par le gouvernement Fillon en 2012, et pour « mettre fin aux petits arrêts maladie qui désorganisent les services ».

Pour le SNPREES-FO et SupAutonome-FO qui s’y opposent avec force, il s’agit bel et bien d’amputer la rémunération des fonctionnaires titulaires et des contractuels de la Fonction publique, mais le projet va plus loin. Il s’attaque à nos droits, nos acquis sociaux et notre porte-monnaie.


Projet de loi relatif à l’orientation et à la réussite des étudiants

Le CNESER du 13 novembre a été dévolu à la présentation du projet de loi « relatif à l’orientation et à la réussite des étudiants ».
Dans sa présentation, la ministre a largement utilisé le tirage au sort de l’an dernier ainsi que le taux d’échec à l’université pour justifier son projet de loi, omettant soigneusement d’indiquer que la cause première de cet échec est également dans les conditions faites aux étudiants et aux enseignants : amphi surpeuplés, salles de TD en nombre et en taille insuffisante, pénurie de postes, .... comme conséquence des budgets d’austérité et de la LRU imposés à l’enseignement supérieur.