L’urgence budgétaire est à la prise en charge des besoins immédiats dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Le projet de loi de programmation de la recherche (LPR) ne répond pas aux revendications des personnels et des étudiant·es, il doit être abandonné !

L’épidémie de la COVID-19 et sa gestion par le gouvernement ont un impact considérable sur notre système d’enseignement supérieur et de recherche. La rentrée universitaire 2020 s’annonce catastrophique, avec des dizaines de milliers de nouveaux étudiant·es dans le supérieur sans que les universités n’aient les moyens de les accueillir. Cette situation est notamment le résultat de plus de dix ans de restrictions sur le nombre de postes d’enseignant·es-chercheur/ses, de personnels ingénieur·es, technicien·nes, administratif/ves, ouvriers, de bibliothèque… Il aurait fallu recruter des dizaines de milliers d’agents et construire de nouveaux locaux depuis longtemps ; c’est d’autant plus prégnant et urgent maintenant que les conditions sanitaires nécessitent de dédoubler les amphis, les TD et TP ! Dans la recherche publique, les moyens manquent pour permettre aux laboratoires de relancer les recherches qui ont été mises entre parenthèses pendant les mois du confinement. Faute des postes de chercheur/ses et ingénieur·es et technicien·nes, la plupart des jeunes dans la recherche ont pour seul horizon l’incertitude, avec au mieux, la précarité de l’emploi.


Rentrée « Covid »
Derrière la mascarade sanitaire…

En mars comme au sortir du déconfinement, les universités s’avéraient incapables de fournir les équipements de protection, les produits sanitaires et les tests nécessaires pour les personnels et les étudiants.

Confusions, contradictions et territorialisation


Réunion du 31 août 2020 de présentation par le MESRI du projet d’accord sur les rémunérations et les carrières accompagnant la LPPR

Déclaration FO ESR

Madame la Ministre, merci pour cette présentation. FO ESR ne répétera pas ce que d’autres ont déjà dit concernant les modalités de discussion, notamment l’envoi tardif du texte de votre projet1.

Vous nous invitez donc à discuter d’un projet de protocole d’accord. Dans le cadre des accords de Bercy et de la loi de 2010 qui en découle, c’est un accord majoritaire que vous nous proposez. Notre confédération, la cgt-Force Ouvrière, est opposée à la logique des accords majoritaires, dans le public comme dans le privé. Dans le public les accords majoritaires sont des outils pour privilégier les syndicats qui acceptent de s’associer aux projets du gouvernement et tenter de marginaliser ceux qui n’acceptent pas.


Madame Frédérique VIDAL
Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

Montreuil, le 13 juillet 2020

Objet : financement des CROUS

Madame la Ministre,


Compte Rendu FO ESR du CTMESR du 6 juillet

En début de séance, un voeu sur les Lignes Directrices de Gestion (LDG) est soumis par plusieurs syndicats dont FO ESR. Le vœu est adopté à l’unanimité des présents.