CTM ESR du 26 juin 2014
Déclaration liminaire du SNPREES-FO

Les fédérations syndicales de l'Education Nationale et de l'Enseignement Supérieur sont invitées à participer à une table ronde de la « Grande Conférence sociale » consacrée aux « politiques publiques relevant de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur » pour « leur apport à l’insertion professionnelle des jeunes ».

Dans cette table ronde où siégeront les organisations patronales et syndicales représentatives au niveau interprofessionnel, les fédérations de l’Education Nationale et de l'Enseignement Supérieur, la Conférence des présidents d’université, l’Association des régions de France, seront notamment abordés les thèmes suivants :


CNESER du 23 juin 2014
Déclaration du SNPREES-FO
Mise en place du HCERES

Un projet de décret concernant la mise en place du haut conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (HCERES) est soumis aujourd'hui à l'examen du CNESER.

Ce décret est un décret d'application de la loi Fioraso de juillet 2013, loi qui a défini dans les grandes lignes le futur HCERES qui est appelé à remplacer l'AERES.


FORCE OUVRIERE défend les IUT et les DUT

La Confédération, les Fédérations et Syndicats FORCE OUVRIERE rappellent leur attachement à tous les diplômes professionnels nationaux de l’enseignement supérieur, qui permettent d’acquérir une véritable qualification.

Parmi ces diplômes, les DUT et les établissements qui les délivrent, les IUT, sont menacés par les réformes en cours.


Retrait du projet de loi de réforme ferroviaire

Le SNPREES-FO apporte son soutien à la grève des cheminots, grève reconduite dans les assemblées générales massives avec les syndicats FO, CGT et Sud, pour exiger du gouvernement le retrait de la réforme ferroviaire.


Appel pour la journée du 18 Juin 2014

Dans la continuité du gouvernement précédent, le ministère actuel pousse à la fusion des universités. Dans cet objectif, la loi LRU-Fioraso du 22 juillet 2013 impose le regroupement régional des établissements d’Enseignement supérieur et de Recherche, principalement sous la forme de Communautés d’universités et d’établissements (ComUE), éventuellement sous le régime de l’association.

Ce double mouvement de fusions et de regroupements régionaux a des conséquences néfastes dont les personnels des universités fusionnées (Bordeaux, Aix-Marseille, Lorraine, par exemple) font d’ores et déjà les frais : mobilités forcées, obligation de candidater sur son propre poste, remise en cause des acquis en matière d’horaires et de congés, nivellement des primes par le bas, etc. Les regroupements impliquent des réorganisations, des mutualisations de services, des réductions d’effectifs, ainsi que l’externalisation de services entiers, entraînant fatalement une dégradation accrue des conditions de travail.