FERC CGT, FNEC FP-FO, FSU, SGL, Solidaires Etudiants, SUD Education, UNEF, UNL

« Plan étudiant » : Non à la sélection déguisée !

Lors de la conférence de presse tenue ce lundi 30 octobre par Monsieur Philippe, Madame Vidal et Monsieur Blanquer, ont été annoncées plusieurs mesures constituant le « Plan étudiant » qui remettent en cause le libre accès à l’enseignement supérieur de toute une génération et le principe du baccalauréat comme premier grade universitaire.


Conséquences du dispositif PPCR sur les carrières des chercheurs

femmes et précaires sacrifiés, dévalorisation du doctorat,

nouvelle attaque contre le statut de chercheur à temps plein tout au long de la carrière

Le cadre d'ensemble du dispositif PPCR, est bien celui de l'austérité et des attaques contre le statut général et les statuts particuliers des corps de la fonction publique.

L’application du protocole PPCR sur les carrières et les rémunérations a été décidée en 2016 par le Premier ministre de l’époque, M. Valls, bien qu'une majorité de syndicats ait refusé de le signer (en contradiction avec la règle majoritaire fixée par le gouvernement). Sa transposition aux corps de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur a été actée après des discussions secrètes avec les organisations syndicales minoritaires ayant approuvé ce protocole !


Réunion au ministère de l’E.S.R.I du 6 novembre 2017
concertation fonctionnarisation PO des CROUS

Le Ministère veut appliquer le protocole à marche forcée !
Les conséquences pour les personnels sont inacceptables

Le Directeur adjoint de cabinet, M. CASTOLDI, confirme la mise en place du Protocole de titularisation et indique que c’est un chantier important et lourd ou le juridique aura une place énorme.


Sélection à l’Université : Préparons le rapport de force pour mettre en échec l’offensive du gouvernement contre le baccalauréat

Le 30 octobre, en présence du Premier ministre et de Jean-Michel Blanquer, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a présenté les mesures concernant les nouvelles conditions d’accès en licence. Plutôt que de créer les postes nécessaires pour répondre à l’augmentation du nombre d’étudiants, la ministre organise la sélection à l’entrée à l’université et liquide de fait le baccalauréat comme premier grade universitaire. Le futur APB fera des « propositions personnalisées », afin d’opérer un tri selon le « profil du lycéen ». En démultipliant les parcours individualisés, le gouvernement s’apprête à dynamiter le cadre national des programmes et des diplômes. Dans le droit fil des ordonnances qui suppriment le Code du travail comme cadre national applicable à tous les salariés, il s’attaque aux diplômes nationaux et remet en cause la possibilité pour les jeunes d’accéder à une qualification.


Présentation des conclusions issues de la concertation relative à la réforme du 1er cycle – CNESER du 23 octobre

Interventions FO

À la suite des groupes de travail qui se sont tenus en septembre et octobre, un rapport de synthèse sur l’accès au premier cycle universitaire mais aussi sur l’ensemble de ce premier cycle a été présenté au CNESER (Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche) par le recteur Daniel Filâtre. Concernant l’accès en premier cycle, diverses hypothèses ont été présentées dans le cadre fixé par le ministère (de « A », accès libre au 1er cycle pour tout bachelier, à « D », accès sélectif). Les représentants FO ont refusé de se placer dans ce cadre, dont le déterminant ultime est l’austérité, qui aboutit à déléguer aux universitaires la responsabilité de pseudo « choix », contraints par une pénurie de moyens qu’ils refusent et, dans tous les cas, à mettre en cause le baccalauréat comme premier grade universitaire.