Intervention FO au CNESER du 26 juin 2017

Madame la Ministre, nous tenons tout d’abord à rappeler que la CGT-FO défend l’Université laïque et Républicaine et ses missions fondamentales, la création et la transmission des connaissances, ces connaissances attestées par des diplômes nationaux qui sont la base des qualifications des salariés sur le marché du travail.

Nous avons pris connaissance de vos déclarations. Il y a un constat que nous partageons : le baccalauréat ne garantit plus les mêmes « prérequis » (nous préférons dire « le même niveau de connaissances ») qu’autrefois.


La FNEC FP-FO, avec ses syndicats SupAutonome-FO et SNPREES-FO, a été reçue par Madame Frédérique Vidal, Ministre de l’ESRI

La FNEC FP-FO a été reçue, mercredi 21 juin 2017, par la nouvelle ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, accompagnée de son directeur de cabinet.

La Ministre a exposé son souhait de recueillir l’avis de l’ensemble des organisations syndicales. La FNEC FP-FO a tout d’abord rappelé son attachement au dialogue et fait part de son mécontentement des méthodes de concertation du précédent ministère qui l’a exclu à plusieurs reprises de négociations importantes (réforme des Master, protocole sur la titularisation des Personnels Ouvriers des CROUS).


Vadémécum de la CPU : haro sur les statuts nationaux !

Dans le « Vadémécum des propositions de la CPU pour l’Enseignement supérieur et la Recherche » publié le 2 mai 2017, la CPU, outrepassant son rôle de regroupement des présidents des universités, détaille ses 84 propositions à l’adresse du futur président de la République. Avec la nomination d’une ancienne présidente d’université comme ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, ces propositions prennent une importance singulière.


Circulaire sur la procédure APB :
les « capacités d’accueil » ou la sélection généralisée à l’entrée à l’université !

Le 24 avril a été publiée au journal officiel une circulaire qui définit les « règles et les procédures d'admission en première année de licence ou en première année commune aux études de santé » pour tous les candidats enregistrés dans le portail APB (Admission Post-Bac), c’est-à-dire tous les lycéens qui passent le baccalauréat cette année. Cette circulaire prévoit la mise en œuvre d’un classement des bacheliers, en fonction de plusieurs critères, qui peuvent être cumulatifs : réussite au baccalauréat dans la même académie que la licence demandée, rang selon lequel le bachelier a classé la licence demandée parmi l’ensemble des formations de licence qu’il demande, puis rang parmi l’ensemble des formations post-Bac qu’il demande, enfin situation matrimoniale ou familiale des bacheliers.


« Suivi de carrière » : il n’est pas appliqué partout… la bonne décision, c’est de ne l’appliquer nulle part !

Le « suivi de carrière », première étape d’un contrôle hiérarchique et bureaucratique des carrières des universitaires se poursuit pour les établissements de la vague C, même si devant les multiples réactions le Ministère a réduit la portée du dispositif. La clôture de l’application destinée à servir de support au « suivi de carrière » a été repoussée du 20 au 27 avril 2017 avec de multiples pressions exercées dans les établissements concernés pour « racoler » au maximum ceux qui auraient oublié la procédure et éviter un fiasco. Mais de nombreux collègues ont choisi de traiter cette procédure par le mépris et de ne pas contribuer à leur propre mise sous tutelle par le Ministère et les chefs d’établissements.