Congés et jours RTT : non au rabotage par l'état d'urgence !

Dans de nombreux établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche, les droits des personnels sont foulés aux pieds dans cette période de crise sanitaire.

Dans le privé, la loi sur l’état d’urgence sanitaire permet d’imposer 6 jours de congés maximum, après un accord collectif. Dans la fonction publique, le ministère de l’action et des comptes publics (via son bras armé, la DGAFP), envoie à tous les ministères des fiches selon lesquelles il n’y aurait pas besoin de loi : les chefs de service pourraient tout imposer au nom de "nécessités de service", y compris au-delà des 6 jours de congés du privé !


« Continuité » ou travail illimité ?

Les universités ont été fermées, au moins aux étudiants, à partir du lundi 16 mars. Dès le 13 mars le ministère avait discrètement produit un « plan de continuité pédagogique », dont une bonne partie est consacrée à l’enseignement à distance.


Le Président Macron annonce pour la recherche
« un effort inédit depuis l’après-guerre »

Où sont les masques de protection contre l’enfumage gouvernemental ?

Le 19 mars, à l’occasion d’une visite à l’Institut Pasteur, le président de la République et la ministre de l’ESRI ont annoncé des mesures « pour la recherche » présentées comme d’une ampleur rare. Il aurait donc fallu cette grave crise sanitaire pour que nos gouvernants découvrent « le caractère vital de la recherche scientifique et la nécessité d’investir massivement pour le long terme » ?

Ces annonces, sur le financement de la recherche ou sur les carrières, ne résistent pas à l’analyse et relèvent davantage de l’enfumage et de l’opportunité de communiquer que d’un véritable tournant.


Crise sanitaire :
Entre menaces et improvisations, les CROUS dans la tourmente…

Alors que le pays entre dans sa deuxième semaine de confinement et s’enfonce dans la crise sanitaire, la situation dans les CROUS reste extrêmement confuse et inquiétante pour la santé des agents et des étudiants.


Crise sanitaire dans les CROUS : face à l’inquiétude des personnels,
le CNOUS répond par l’intimidation et la menace de sanctions !

Ce mercredi 18 mars 2020, dans le contexte de crise sanitaire exceptionnelle que traverse le pays, Madame la Présidente du CNOUS a adressé un courrier aux Directeurs-Généraux des CROUS dans lequel elle précise le « cadre réglementaire et jurisprudentiel » qu’elle souhaite voir appliquer dans les CROUS pour garantir la continuité d’activité « indispensable du service » et la (soi-disant) protection des personnels.

Ce courrier d’une exceptionnelle brutalité vise à donner les pleins pouvoirs aux Directions Générales (DG) de CROUS pour, « malgré tout et plus que jamais », maintenir « dans le cadre de nos missions de service public, les fonctions essentielles d’accompagnement des étudiants », particulièrement en Hébergement.