Déclaration liminaire au CTMESR du 22 mars 2021

A l’occasion de ce CTMESR, et bien que ni la ministre ni aucun membre de son cabinet ne daignent y participer, FO ESR demande à la ministre, Madame Vidal, d’abandonner sa demande d’une enquête ou étude sur « l’islamo-gauchisme ». FO ESR demande à la ministre de respecter les libertés académiques et les franchises universitaires.

FO ESR demande également le respect du jugement par les pairs des universitaires et des chercheurs. Il revendique l’abandon des mesures de la LPR qui remettent en cause les prérogatives du CNU. De même il demande au ministère et à la direction du CNRS de revenir sur la mesure de non-publication du classement des admissibles par le Comité National de la Recherche Scientifique.


FO ESR sera présent pour le dépôt des 22 000 pétitions demandant la démission de la ministre Vidal !

En quelques semaines une pétition demandant la démission de la ministre de l’ESRI, Frédérique Vidal, a recueilli plus de 22 000 signatures dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Le succès de cette pétition traduit bien la défiance totale envers une ministre qui entend traiter les universitaires de manière policière, la colère contre toutes les attaques qu’elle a perpétrées contre l’ESR, le mépris pour son inaction face à la crise étudiante.


Manifestations du 16 mars
FO ESR soutient la mobilisation de la jeunesse pour ses droits !

Au nom de la pandémie, le gouvernement prive l’ensemble de la population et, en particulier la jeunesse, de ses libertés et droits fondamentaux : la liberté d’expression, de réunion, le droit à l’instruction.

Les jeunes sont confrontés à un plan destructeur. La fermeture des universités et l’enseignement en distanciel parachèvent la logique de la loi LPR, ORE et de Parcoursup : l’assèchement du recrutement de personnels titulaires, la réduction des capacités d’accueil et des filières, le tri social à l’entrée de l’université.


L’ « islamogauchisme » : un leurre pour refuser de répondre aux revendications ?

En s’en prenant à un supposé « islamogauchisme » qui serait présent à l’université, Frédérique Vidal a repris le refrain de Jean-Michel Blanquer. Alors même que le tollé était général contre ses prises de position et les mesures qu’elle envisage, elle a réitéré sa volonté de dépêcher une « enquête » ou « étude » sur ce thème : elle bénéficie donc du soutien du président Macron et du gouvernement. Ces atteintes aux libertés académiques et à l’indépendance des universitaires et des chercheurs, cette volonté d’instaurer une police de la pensée et un contrôle de conformité idéologique au sein même de l’université, participent d’une attaque d’ampleur en provenance des sommets de l’État.


Promotions et avancements, les personnels veulent être défendus, pas jugés !

Des experts au service de l’administration en lieu et place des commissaires paritaires au service de la défense de leurs collègues

La loi dite de « transformation de la fonction publique » du 6 août 2019 est en réalité une loi de destruction des garanties dont bénéficiaient tous les fonctionnaires dans leur carrière.
FO, 1e organisation syndicale de la fonction publique de l’État, s’y est opposée et en demande l’abrogation.