Face au mépris du gouvernement, FO ESR appelle à poursuivre la grève

Alors que l’année commence en pleine grève historique pour le retrait de la contre-réforme des retraites, nous avons entendu les voeux du Président de la République : au-delà des slogans et des formules creuses ressassées depuis des mois, il a décidé d’ignorer ce qui s’exprime depuis le 5 décembre.


Violences policières contre les étudiants, non respect des franchises universitaires : la ministre est responsable !

Depuis le début de la mobilisation contre la réforme des retraites, les jeunes, lycéens et étudiants, sont particulièrement visés par les forces de l’ordre, sous la responsabilité des préfets.

Dans de nombreuses villes, à chaque manifestation, ils sont la cible privilégiée de charges violentes, de molestations, de fouilles, d’arrestations violentes, de mise en examen comme ce jeune lycéen du lycée Stéphane Hessel de Toulouse ou de confiscation d’objets personnels comme à Rennes, à coté du campus universitaire de Villejean (Rennes 2).


Objet : demande d’intervention pour faire respecter les franchises universitaires

Madame la Ministre,

Depuis le 5 décembre, la mobilisation pour le retrait de la réforme des retraites s’approfondit, notamment par la grève et les manifestations.

Dans l’enseignement supérieur et la recherche, les personnels et les étudiants, autant concernés par ce projet de réforme, s’organisent en AG, font grève, participent à toutes les manifestations depuis le 5 décembre.


TOUS ENSEMBLE LE 17 DECEMBRE
CONTRE LE PROJET DE REFORME DES RETRAITES.

Suite au succès du 5 décembre, la mobilisation s’amplifie, et après la RATP et la SNCF, la grève pour le retrait de la réforme des retraites s’élargit à de nouveaux secteurs. Salarié.e.s du public comme du privé, retraité.e.s, étudiant.e.s, lycéen.ne.s, tous peuvent et doivent rejoindre ce mouvement.


Inacceptable ! Retrait !

Près d’un million : 180 000 à Paris, 60 000 à Toulouse, 6 000 à Albi, 4 000 au Puy en Velay, 4 000 à Angers, 2 500 à Saintes… Des cortèges toujours aussi déterminés, mêlant salariés du public et du privé, ont encore défilé ce mardi 10 décembre dans toute la France : « on ne lâchera rien jusqu’au retrait de la réforme Macron ! Et qu’est-ce qu’on fait demain ? On reconduit ! »