Rentrée 2019 : dans les universités, réductions et régressions !

En cette rentrée 2019, la situation dans les universités, comme dans l’ensemble de l’enseignement supérieur et de la recherche, s’est encore dégradée, résultat de l’autonomie, de la LRU, de la loi ESR, des réformes des diplômes et des politiques de restructurations/fusions liées aux IDEX ou I-sites. Ce n’est pas une affirmation générale, c’est un constat, exemples à l’appui.

Partout les collègues sont confrontés à des surcharges de travail croissantes. Quelques exemples seulement :


Loi de transformation de la Fonction publique, réforme des retraites : disparition du statut et de la notion de fonctionnaire d’État

Plus de précarité, plus d’arbitraire, moins d’égalité.

Concrètement pour les BIATSS cela signifie


Déclaration FO, CGT, FSU, SUD au CTMESR du 8 juillet 2019

FNEC FP-FO (FO ESR), FERC CGT (CGT FERC Sup, SNTRS CGT, CGT INRA et UN CGT Crous), FSU (SNESUP, SNCS) , Solidaires (SUD Éducation et SUD Recherche-EPST)

Des centaines de professeurs du secondaire ont décidé de se mettre en grève afin de protester contre la réforme du baccalauréat et du lycée. Dans ce contexte, les professeurs n’ont pas transmis leurs notes parce qu’ils étaient en grève. Ils ont été rejoints par d’autres, soutenus par les décisions des AG. D’autres professeurs enfin, présents aux jurys, ayant refusé d’appliquer des consignes illégales brisant l’égalité entre candidats, se sont vus menacés par la hiérarchie prête à tout pour publier des résultats dans n’importe quelles conditions.


Désignation des directeurs d’INSPE
Une nouvelle attaque contre les libertés universitaires

Dans le cadre du processus encore inachevé de réforme de la formation des enseignants et des concours d’enseignements, les ESPÉ sont transformées en INSPÉ (Instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation) et le ministère a estimé nécessaire de changer le mode de désignation des directeurs, changement présenté dans un projet de décret soumis au CTMESR du 8 juillet 2019.

Dans les ESPÉ c’était le conseil d’école (équivalent d’un conseil d’UFR) qui proposait la nomination du directeur aux ministères concernés.


Congé pour projet d’enseignement
Faut-il s’en féliciter ?

Dans le cadre d’un arrêté soumis au CTMESR du 8 juillet 2019 le ministère veut mettre en place un congé pour projet d’enseignement, applicable aux enseignants-chercheurs et enseignants.

Une « concertation » avec les organisations syndicales avait été initiée par le ministère, procédé qui comme toujours avait pour objectif, sous les arguments publicitaires d’une meilleure prise en compte de l’activité d’enseignement ou du « doublement des CRCT », la mise en œuvre de nouvelles atteintes au statut et à l’indépendance des universitaires.