La fin de la reconnaissance de droit des licences universitaires comme diplômes nationaux

Intervention de Force Ouvrière (Confédération, FNEC-FP-FO, FO-ESR) au CNESER du 11 mars 2019

A la rentrée 2019, les licences perdront leur caractère fondamental d’enseignement disciplinaire. En effet, l’arrêté licence de 2018, qui va s’appliquer à la prochaine rentrée, ne définit plus le programme de ce diplôme en termes de volume horaire d’enseignements mais en termes de « volume équivalent à 1500 heures d’enseignement ».


CNESER du 11 mars 2019 – Loi de programmation de la recherche

La fin programmée de la recherche publique

Le 1er février, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé que le gouvernement souhaitait présenter un projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche, dont la mise en application est annoncée pour début 2021. Pour ce faire, le ministère met en place trois groupes de travail, dont la composition et les lettres de mission ont été présentées au CNESER.


CNESER du 11 mars 2019 - Textes relatifs aux frais d’inscription

L’introduction d’une logique de paiement des coûts du service public, dans un système encore plus inégalitaire

Lors de ce CNESER ont été présentés :

- un projet d’arrêté relatif aux droits d’inscription des étudiants dans les établissements publics d’enseignement supérieur relevant du ministre chargé de l’enseignement supérieur. Voici un tableau résumant les situations les plus courantes :


CNESER du 11 mars 2019 - Textes relatifs au master MEEF

Alourdissement et subjectivité des exigences, précarisation accentuée, disciplines marginalisées

Lors de ce CNESER ont été présentés :

- des tableaux définissant les attendus à l’entrée en Master MEEF, pour les parcours préparant aux concours d’enseignement du premier comme du second degré, attendus qui « s’ajoutent aux compétences transversales développées dans tout cursus de licence » et doivent donc être inclus dans le référentiel national de la licence ;


FO ESR soutient le combat engagé par les personnels et les étudiants de SUPMECA, école publique d’ingénieurs en mécanique située à Saint-Ouen (93)

Le projet de village olympique et paralympique, dans le cadre des JO 2024, a de graves conséquences pour Supméca, qui mettent en danger l’avenir de l’école.

Deux assemblées générales se sont tenues, la dernière regroupant plus de deux cents participants mobilisés pour la défense de cet établissement.