FERC CGT, FNEC FP-FO, FSU, SUD Education, SUD Enseignement privé, UNEF, Solidaires Etudiants, UNL, SGL, FIDL, UNL, ASES, SLU

Notre contre-bilan Parcoursup

Mercredi 23 mai l’interfédérale de l’Education a tenu une conférence de presse pour un point d’étape du processus d’affectation dans les formations post-bac.

Depuis plusieurs mois nous dénonçons collectivement la loi ORE de Mme Vidal, ministre de l’ESRI, ses effets négatifs sur l’accès de toutes et tous aux formations du supérieur, et les conditions de sa mise en oeuvre dans la précipitation. Après les 6 mois de mise en place de l’usine à gaz Parcoursup, nos craintes et nos alertes répétées s’avèrent totalement fondées.


ParcourSup : 400 000 élèves sans affectation dans le supérieur ! INACCEPTABLE !

Depuis des mois, les organisations FNEC FP-FO, FSU, FERC CGT SUD, avec l’UNEF, la FIDL l’UNL, l’UNL-SD, le SGL exigent l’abrogation de la loi Orientation et Réussite des étudiants (ORE), le retrait de ParcourSup. Depuis des mois, elles dénoncent ces mesures comme un outil inacceptable de sélection et de remise en cause du baccalauréat comme diplôme national et premier grade universitaire.

A ces revendications reprises dans des dizaines d’universités par les étudiants et les personnels, le gouvernement a opposé un refus systématique expliquant : ces mesures ont pour objectif d’aider l’orientation et la réussite des élèves.


Présentation par la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche des résultats des groupes de travail sur la réforme de la licence

La ministre a présidé le 17 mai une réunion de compte rendu des groupes de travail réunis pour la réforme de la licence en application de la loi ORE. Des textes devraient bientôt enfin nous être soumis lors de réunions bilatérales. FO ESR a tenu cependant à rappeler son opposition à toutes les attaques contre les diplômes et les personnels d’ores et déjà contenues dans la présentation faite lors de cette séance.

Déclaration FNEC-FP FO et FO ESR


Le CNESER demande un moratoire sur le projet de fusion à marche forcée INRA-IRSTEA et l’ouverture de négociations immédiates entre organisations syndicales et ministères

Par lettre de mission rendue publique le 6 février, les ministres de tutelle ont chargé les deux PDG de l’INRA et l’IRSTEA de « réfléchir » au « rapprochement » de deux instituts mais en leur fixant deux contraintes majeures : un EPST unique devrait être créé au 1er janvier 2020 et son budget serait plafonné à la somme des budgets actuels de l'INRA et de l'IRSTEA ! Pour y parvenir, à eux (et donc à leurs personnels) de se débrouiller.


Conséquences du RIFSEEP pour les informaticiens du CNRS

La mise en place du régime de primes RIFSEEP a mis en pleine lumière ce qui existait déjà, à savoir, pour les ITA du CNRS, des niveaux de primes minimales inférieurs à ceux existants pour les ITRF dans les universités mais aussi à ceux prévus à l’INRA.

La Ministre de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation le reconnaît dans un courrier du 10 novembre 2017: