Conséquences du RIFSEEP pour les informaticiens du CNRS

La mise en place du régime de primes RIFSEEP a mis en pleine lumière ce qui existait déjà, à savoir, pour les ITA du CNRS, des niveaux de primes minimales inférieurs à ceux existants pour les ITRF dans les universités mais aussi à ceux prévus à l’INRA.

La Ministre de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation le reconnaît dans un courrier du 10 novembre 2017:


CTMESR du 20 avril 2018

Précision : Suite au boycott de la séance du 12 avril, il n’y a pas eu le quorum et le CTMESR a été reconvoqué le 20 avril.

La FNEC FP FO a fait une déclaration liminaire.

Dans ses réponses aux déclarations liminaires syndicales, le DGRH a indiqué :


Groupes de travail sur la licence :
une destruction programmée du cursus et du diplôme

Comme nous l’avons déjà écrit, le « plan étudiants » de la ministre Frédérique Vidal comme la loi ORE ne se limitent pas à l’attaque contre le premier grade universitaire, le baccalauréat, mais s’en prennent également à la licence, avec des transformations profondes dont il est prévu qu’elles prennent effet dès la rentrée 2018. En conséquence le ministère a organisé des réunions de groupes de travail dans le cadre de ce qu’il dénomme une « concertation sociale relative à la réforme de la Licence ».


FO ESR reçu au ministère par la DGESIP

À sa demande, FO ESR a été reçue à la DGSESIP (direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle) le 12 avril 2018. La DGESIP était représentée par Brigitte Plateau, directrice de la DGESIP ; Rachelle-Marie Pradeilles-Duval, dir. DGESIP A (Service de la stratégie des formations et de la vie étudiante) ; Eric Piozin, dir. DGESIP B (Service de la stratégie de contractualisation, du financement et de l’immobilier) ; Gérard Maillet de la DGESIP B1 (sous direction contrat, accréditions). La délégation FO-ESR était composée de Michel Gay, Gilles Bourhis, Sylvain Excoffon, Georges Sidéris. Vous trouverez ici quelques notes de compte rendu.


Déclaration liminaire FNEC FP-FO au CTMESR du 20 avril 2018

Le contexte dans lequel se tient ce CT ministériel est exceptionnel. L’opposition et la mobilisation contre la loi Orientation et Réussite des Etudiants s'enracine et s’amplifie. Les AG d’étudiants et de personnels qui prennent position contre ParcoursSup se multiplient, la participation aux AG est de plus et plus massive, 3000 en AG lundi à Rennes 2 par exemple. Les prises de positions d’instances universitaires qui s’opposent et refusent de faire le classement des dossiers se multiplient, en particulier au niveau des départements et des UFR. Plusieurs universités, dont Lyon 2, Bordeaux III, Rouen, refusent de mettre en place le classement en dehors des filières en tension.