Réforme des retraites et loi de programmation pluriannuelle de la recherche : deux projets qui doivent être retirés !

« Dans le cadre des négociations sur la réforme des retraites », la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (ESRI) a invité les organisations syndicales à la rencontrer en bilatérales, puis en multilatérale. En réponse à un courrier de FO ESR à la Ministre1, son cabinet a précisé que ces réunions auraient lieu, comme annoncé par le Premier Ministre le 23 décembre, « autour de la loi de programmation pluriannuelle de la recherche ».

L’avant projet de loi de réforme des retraites renvoie lui aussi la réalisation de l’engagement à « garantir un même niveau de retraite pour les enseignants et chercheurs que pour des corps équivalents de même catégorie de la fonction publique » à une future loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR). Ce qui en clair garantit au mieux qu’ils auront la même baisse du niveau des pensions que leurs collègues BIATSS ou ITA et plus généralement que tout le monde !

En février 2019 le Premier Ministre cadrait les objectifs du chantier d’une LPPR dont on connaît aujourd’hui les contours de la partie concernant l’attractivité et les carrières : la contractualisation généralisée pour l’entrée dans la carrière, de nouvelles attaques contre les statuts, de nouvelles primes en partie liées aux fonctions donc individualisées. Et bien sûr la LPPR consacrerait l’ANR comme l’alpha et l’oméga du financement de la recherche.

Pas question d’accepter ce jeu de dupes !

Pour la ministre, Mme Vidal, il faudrait cesser la grève, la défense des revendications, se vendre pour un plat de lentilles, et accompagner la remise en cause de nos statuts, de nos missions.

FO ESR a refusé de se ranger derrière cette mascarade et ne se rendra pas à cette parodie de négociation : il a demandé et continue de demander de vraies négociations sur la revalorisation de nos rémunérations à la Ministre, et appuie la demande de sa fédération de fonctionnaires, la FGF-FO, d’ouverture de vraies négociations avec le gouvernement, notamment sur la valeur du point d’indice.

Pour le gouvernement, il faudrait cesser la grève après la soi-disant concession sur l’âge pivot, rebaptisé "âge d'équilibre". De qui se moque-t-on ? En reprenant l’idée de la CFDT d’une conférence sur l’équilibre et le financement des retraites, le gouvernement veut de toute façon imposer de partir plus tard.

Non seulement on partira plus tard mais on perdra de toute façon de 20 à 40 % par rapport au code des pensions civiles et militaires.

Après cette dernière manœuvre du gouvernement, montée avec la complicité de la CFDT et de l’UNSA, les choses sont claires : il n’y aura pas de modification importante au projet, maintenant l’enjeu c’est de faire céder le gouvernement, c’est la grève jusqu’au retrait !

AG partout pour amplifier la grève,
Retrait de ce projet de régime unique par points !

Les faire céder sur les retraites, c’est ouvrir la voie à la satisfaction de toutes les revendications, dont celles sur la LPPR. FO ESR appelle les personnels à organiser et poursuivre la grève, et à participer massivement aux manifestations interprofessionnelles du 16 janvier 2020.

Montreuil, le 14 janvier 2020


1   http://foesr.fr/foesr/communiques/links/2020-01-11_Courrier-FO_ESR-Mme_Vidal.pdf