Personnels des bibliothèques en grève le 19 mars

Un climat social exceptionnellement tendu depuis plusieurs mois et un constat évident : la colère est générale et touche de plus en plus de secteurs d’activité, tant du public que du privé.

Dans les bibliothèques :

Alors que l’augmentation du nombre d’étudiants est particulièrement forte en France (+8,8% sur 2013-2016), le nombre d’Equivalent Temps Plein (ETP)/ETUDIANT est en baisse de 6 % se situant à 3,8 ETP/1000 étudiants1. Alors même que la moyenne Européenne est de 5 ETP/1000 étudiants, le projet de loi de finances 2019 engage de nouvelles suppressions de postes.

A la BIU de Montpellier gel de 12 postes sur 156

Avec le plan de retour à l’équilibre de la présidence de RENNES 1, ce sont 120 postes de titulaires (BIATSS et enseignants) en moins.

A Brest 68 postes supprimés en 2018 et gel de tous les postes jusqu’en …2022

Nos postes et nos conditions de travail ne sont pas des variables d’ajustement !

Concrètement au quotidien nos conditions de travail se dégradent fortement.

Les financements par réponses à appel à projet augmentent fortement la charge de travail. Les fiches de postes gonflent.

Le RIFSEEP qui associe le niveau de prime au contenu de la fiche de poste accentue la pression sur les personnels et dans les équipes entre les agents. Les arrêts de travail se multiplient : TMS, Stress, burn-out

Ceci, alors même que :

Les rémunérations sont bloquées depuis 2010, les prélèvements pour la CSG ou la retraite augmentent, le jour de carence constitue une atteinte injustifiable au droit à congé maladie, les primes statutaires ont disparu avec l’instauration du RIFSEEP, qui déconnecte la prime du grade, les carrières, soumises à une évaluation arbitraire, ont été allongées et les taux d’avancement réduits par PPCR, sans aucun gain de rémunération pour la très grande majorité, les promotions se font au compte‐gouttes dans l’arbitraire le plus total.

Les personnels des bibliothèques sont tous les jours confrontés à cette volonté de remettre en cause les garanties collectives, de faire de l’individualisation le moyen de gestion des « ressources humaines ». Les collègues sont débordés, les services suffoquent.

Avec tous les agents de la Fonction publique et les salariés du privé ils doivent se mobiliser le 19 mars pour être entendus et répondre au mépris du gouvernement !

Nos revendications :

  • l’augmentation générale des salaires à travers l’augmentation du point d’indice d’au moins 16 % ;
  • la défense du Statut général de la Fonction publique et des statuts particuliers ;
  • la création massive de postes occupés par des fonctionnaires titulaires ;
  • la titularisation immédiate des contractuels ;
  • la défense de la Sécurité Sociale, le maintien du code des pensions civiles et le refus de tout système de retraites par points.
Montreuil, le 27 février 2019

1   ADBU, Etude des Indicateurs européens : La situation des bibliothèques universitaires françaises par rapport aux autres pays européens sur la période 2013-2016 : Synthese, ADBU, 2018. URL : https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/68085-etude-des-indicateurs-europeens-la-situation-des-bibliotheques-universitaires-francaises-par-rapport-aux-autres-pays-europeens-sur-la-periode-2013-2016-synthese.pdf. Consulté le 26 février 2019.