RENTREE de TOUS LES DANGERS

Une nouvelle rentrée, et pas n’importe quelle rentrée :
Pourquoi ?  Mais tout simplement pour deux grande raisons :

1) La mise en place de la fonctionnarisation

Pour les Personnels Ouvriers (et par voie de conséquence pour les Personnels Administratifs), la mise en place des 3 Circulaires d’application du Protocole de fonctionnarisation, entre le gouvernement, le CNOUS, d’une part, la CFDT, la CGT, la FSU, d’autre part, va avoir de lourdes conséquences sur les conditions de travail, ceci dès le 1er septembre 2018 !

Polyvalence des métiers, élargissement des missions, mobilité quotidienne des agents, contrôle « à sens unique » des horaires : ce qui relevait de l’abus ou de l’exceptionnel pourra désormais devenir la règle dans les UG.
L’ensemble de ces reculs (détaillés dans les 3 Circulaires d’application du 28 mars 2018) faisait partie des « contreparties » exigées par le Protocole d’accord du 4 mai 2017.
Ce Protocole, à FORCE OUVRIÈRE, nous l’avons combattu dès le premier jour ; nous ne l’avons pas signé et, dès sa signature, nous avons été le seul syndicat à vous en donner les explications détaillées et à vous alerter sur les risques qu’il pouvait engendrer.

A l’heure actuelle, certains points de ce Protocole ne sont d’ailleurs toujours pas explicites, tels que la délégation de gestion, les retraites, le déclassement en échelle 4 des collègues échelle 5, les grilles indiciaires, la réécriture des DAPOOUS…

Pourquoi aurions-nous dû accepter une telle fonctionnarisation au rabais qui nous fait perdre nos acquis ?
Il n’est pas difficile de comprendre les intérêts de l’État dans ce « deal » : le futur non remplacement des départs en retraite des PO (les remplacements se feront sur des CDD, chose qui se met déjà en place dans certains CROUS), et la gestion purement comptable des dépenses publiques des CROUS au détriment des acquis des personnels, obtenus au fil des ans par le combat syndical !
Quel est l’intérêt des syndicats signataires d'avoir accepté un Protocole dont voici les conséquences :

  • Changement de statut des PO et ses conséquences :
    Le contenu du statut des agents qui resteront contractuels (par obligation ou par choix) est remis en question par l’ensemble des modifications (DAPOOUS, ARTT) prévues par les Circulaires.
  • Les fiches de postes et fiches métier « BAP » avec plus de contraintes, de flexibilité, de polyvalence, de mobilité tout au long de l’année sont imposées à l’ensemble des agents qu’ils deviennent fonctionnaires (ITRF) ou qu’ils restent contractuels (CDI).
  • Les heures supplémentaires :
    Avec la mise en place des pointeuses pour un vrai flicage de l’ensemble des personnels imposé par le décret et demandé par les signataires du protocole

2) Les élections professionnelles du 6 décembre 2018.

FO se félicite que certains syndicats font marche arrière en s’opposant maintenant aux circulaires d’application du Protocole qu’ils ont approuvé il y a 18 mois.
Pour sa part, FO rend compte de son mandat de défense de l'intérêt des agents et n’a jamais varié sur cette question : « NON à ce PROTOCOLE » !
Dans la cohérence de ce combat contre ces nouvelles conditions de travail, aux élections professionnelles du 6 décembre prochain, le SNPREES-FO présentera des listes FO ESR sur la base du rejet de ce protocole de fonctionnarisation !

C’est pourquoi le 6 décembre nous vous appelons à voter pour FO ESR le seul syndicat à se battre de manière constante contre le recul de nos droits, contre la dégradation de nos conditions de travail et pour conserver l’ensemble de nos acquis.

NON À CE PROTOCOLE ! MAINTIEN DE TOUS LES ACQUIS !
LE 6 DECEMBRE 2018, VOTEZ FORCE OUVRIÈRE

Face aux attaques, il faut arriver à créer le rapport de force :
ne restez pas isolés, rejoignez FO ESR,
rejoignez le 9 octobre la mobilisation interprofessionnelle
en défense des garanties collectives et des statuts !