FO appelle les Chercheurs titulaires et non-titulaires à la mobilisation
pour le retrait des ordonnances Macron contre le Code du Travail

Le SNPREES-FO a pris connaissance des dispositions que le gouvernement entend faire passer par ordonnances.

Au-delà des effets d’annonce du gouvernement après des concertations qui avaient la particularité de ne discuter sur aucun projet écrit, le texte des ordonnances est là. Bien que « les négociateurs de la confédération se soient battus, repoussant un certain nombre de dispositions gouvernementales ou patronales (…) nombre d'éléments constituent aujourd'hui une régression sociale et sont en tant que tels inacceptables » (déclaration du 4 septembre 2017 de la Commission Exécutive Confédérale Force Ouvrière).

XL ou XXL, ces ordonnances sont la continuité et l’aggravation de la loi El Khomri : destructrices du Code du Travail, elles permettront de nouvelles attaques contre le statut de la Fonction Publique. Remettant en cause les fondements de l’existence des organisations syndicales confédérées, elles concernent aussi bien les salariés du privé que du public.

Trois exemples d’actualité montrent que toutes ces attaques sont liées:

  1. Depuis des mois, le ministère de l’ESR refuse de donner aux représentants syndicaux dans les CHSCT des EPST les moyens prévus à l’article 2 de l’arrêté fonction publique (27 octobre 2014), en dépit des risques encourus par les personnels dans les laboratoires ou en mission de terrain, et malgré le périmètre étendu des délégations régionales (jusqu’à 7 départements).
    N’y a-t-il aucun lien avec la fusion des instances représentatives prévue pour le privé ?
  2. Le candidat Macron avait promis la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires. Au CNRS, les premières annonces officieuses font état d’une campagne de recrutement en 2018 réduite de moitié pour les jeunes chercheurs et les concours ITA.
    Encore une génération sacrifiée pour le plus grand profit du MEDEF ?
  3. Les financements récurrents ne permettent plus aux laboratoires de continuer à fonctionner, encore moins à investir. Fin juillet, de récents lauréats d’appels d’offre ANR se sont vus ponctionner 14% de leur budget avant même d’avoir pu commencer à travailler !

Le SNPREES-FO refuse toute régression, dans le public comme dans le privé, et considère qu’il s’agit maintenant d’organiser la mobilisation avec les syndicats qui ont agi contre la loi El Khomri, pour obtenir le retrait des ordonnances Macron et l’abrogation de la loi El Khomri.

C’est pourquoi, avec la FNEC FP-FO, il appelle à participer massivement aux manifestations du mardi 12 septembre dans les cortèges FO, à Paris et en province. Il vous invite à rejoindre le syndicalisme indépendant Force Ouvrière.

Montreuil, le 11 septembre 2017