Abandon du suivi de carrière des enseignants-chercheurs

Lors de son assemblée du 9 juin dernier, la CP-CNU a adopté le principe du « suivi de carrière », nouveau nom de l’évaluation des enseignants-chercheurs, en l’assortissant d’un certain nombre de recommandations à destination du ministère.

Que le ministère suive ou pas ces recommandations, le fond reste le même : les établissements se verront communiquer un avis sur chaque enseignant-chercheur, avis qui pourra être utilisé contre celui-ci, en particulier pour exiger l’accomplissement de tâches non-statutaires ou la modulation de services.

Le SNPREES-FO et SupAutonome-FO, dans la continuité de la pétition « Pour que le "suivi de carrière"  ne soit pas mis en œuvre », réaffirment leur opposition à la mise en place de toute évaluation récurrente des enseignants-chercheurs, quel que soit le nom que le ministère lui donne : nous sommes fonctionnaires d’État, et les établissements ne sont pas nos employeurs. L’avis transmis aux établissements est de fait contradictoire avec notre indépendance pédagogique et notre liberté de recherche.

Nous nous adressons aux autres organisations syndicales pour leur proposer une initiative commune pour que le « suivi de carrière » n’entre pas en application.

Montreuil, le 15 novembre 2016