Déclaration liminaire de la FNEC-FP FO à la CAPN des Adjoints Techniques RF du 10 juillet 2014

Cette CAP nationale des ATRF se tient alors que la grande conférence sociale s'achève sans la présence des organisations syndicales opposées au pacte de responsabilité.

Pour les adjoints techniques comme pour les autres salariés les mesures que prend ce gouvernement ne répondent pas aux revendications si ce n'est celles du patronat et le passage en force, malgré les discours lénifiant sur le dialogue social, semble la méthode privilégiée de ce gouvernement.

Sur les salaires, la nouvelle grille pour la catégorie C n'a fait que répondre à la situation d'urgence liée aux augmentations du SMIC. Des premiers échelons qui ne se différencient que par un ou deux points d'indice, certains passages d'échelons qui s'allongent de plusieurs mois : Non ce n'est pas cette réforme qui va permettre d'avoir de vraies évolutions au cours de sa carrière.

Les baisses de cotisations sociales différenciées ne constituent pas non plus une réponse adéquate à nos revendications salariales.

La compensation du blocage du traitement par un nouveau système indemnitaire qui va conserver les défauts de la PFR et consacre une fonction publique d'emplois déconnectée du grade et donc de la carrière ne répond pas non plus à nos demandes.

Notre demande, c'est l’augmentation conséquente de la valeur du point d’indice, la revalorisation des grilles et l'intégration immédiate d'une part significative des primes dans le traitement.

De nombreux adjoints techniques sont également inquiets quand à leur avenir. L'austérité c'est aussi les suppressions de postes et les réorganisations.
Dans les services déconcentrées, l'assistance informatique délocalisée de l'académie de Toulouse (AIDAT) est en voie de démantèlement et les personnels sont invités à se reconvertir.

Dans l'enseignement supérieur les fusions et la mise en place des COMUE signifient mutualisation, suppression de services, risque de déplacement.

Enfin il y a la question des carrières. Le blocage des salaires implique que seuls l'avancement de grade et la promotion de corps modifient vraiment la situation matérielle des collègues. Le principal problème est bien sûr la faiblesse des possibilités, surtout pour la promotion de corps avec le peu de recrutement.

Mais il y a aussi la question des critères. Il n'y a pas égalité de traitement entre les collègues des CAP des adjoints techniques. En effet dans l'enseignement supérieur chaque établissement établi ses propres critères et notre commission compare des collègues classés avec des méthodes différentes.

Sur les critères d'avancement, la FNEC-FP-FO réaffirme sa revendication que la CAP établisse des critères objectifs principalement basés sur l'ancienneté. Ces critères doivent être organisés en barèmes donnant un certain nombre de points, que ce soit pour les avancements de grade ou pour les promotions de corps. Et ces barèmes doivent être utilisés dans les CPE du supérieur et les groupes de travail de l'Education Nationale. Enfin les CAP doivent pouvoir corriger les classements faits dans les établissements en se basant sur l'application de ces barèmes.

Dernier point. Cette CAP va examiner l'intégration dans le corps des ATRF d'agents ATEC en Polynésie Française et à Mayotte. Force Ouvrière a porté cette revendication d'intégration des ATEC dans le corps des ATRF pendant un certain nombre d'années. Nous nous félicitons, même si c'est avec une certaine lenteur, de voir cette revendication satisfaite.