CNESER DU 30 JUIN 2014
CAMPUS DES METIERS - Intervention FO

Au Conseil Supérieur de l'Education du 14 juin, la FNEC-FP-FO a analysé les conséquences de ce décret, principalement pour l’enseignement secondaire.

Mais les conséquences ne sont pas moins graves pour l’enseignement supérieur, particulièrement l’enseignement technologique, en premier lieu pour les IUT et BTS.

En effet, le décret que nous examinons définit que établissements secondaires et supérieurs sont associés en « campus », en précisant que c’est même avec hébergement et service des sports. Avec l’acte 3 de la décentralisation, en relation avec la LRU Fioraso, c’est la maitrise de l’enseignement technologique qui est donnée aux Conseils Régionaux, donc la carte des CAP, BEP, Bac Pro, BTS, DUT. Jusqu’où ?

Nous sommes déjà confrontés à la vague de fermetures de lycées professionnels, qui commence avec le Conseil Régional de Franche-Comté : 7 lycées à fermer dans sa séance du 27 juin, ce qui provoque la mobilisation des enseignants et territoriaux, avec leurs syndicats FO, FSU, CGT et SUD, pour imposer l’abandon de ces mesures de destruction. Ce sont les 4 syndicats qui ont voté contre le campus des Metiers au CSE, le 14 juin.

On voit apparaitre un nouveau type de collegium IUT avec la LRU Fioraso. Les premiers collegiums d’IUT étaient dans le cadre des fusions d’universités de la LRU Pécresse, allant jusqu’à la disparition d’IUT au profit d’université comme à Bordeaux. Les nouveaux collegiums, comme celui de la région Bretagne - et non de l’académie de Rennes -, sont dans le cadre de la mainmise du Conseil Régional sur l’ensemble des formations technologiques. La charte du collegium des IUT de Bretagne donne le cadre :

  • « Le Collegium IUT de Bretagne est une réponse aux enjeux de la loi du 22 juillet 2013, d’une part, et aux objectifs à 2020 du Schéma Régional de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. »,
  • Un « Interlocuteur auprès de la CUE [renommée COMUE] et de la Région. »,
  • « Le collegium accompagne les jeunes bretons » : formulation étonnante, et les autres ? Déjà la « préférence régionale » ?
  • « Le collegium entend favoriser une utilisation efficiente des moyens et des structures de formation en développant des dynamiques de campus de proximité associant les différents acteurs (lycées notamment) de l’enseignement supérieur court », donc le campus des métiers

Jusqu’où ? Avec quelles conséquences ? Celle qu’a tiré le Conseil Régional de Franche-Comté, les fermetures d’établissements et de départements d’IUT, en application du « pacte de responsabilité » et de ses dizaines de milliards d’euros de suppressions du budget le l’Etat ? Avec quelles conséquences pour les personnels ? Le collegium IUT interlocuteur du Conseil Régional (ainsi que de la Comue), cela peut-il faire sortir de fait des universités les personnels des IUT : MCF et PU, comme PRAG et PRCE, et BIATSS ?

C'est pourquoi le SNPREES-FO et SupAutonome-FO ne peuvent que s'interroger sur le développement d'un tel outil qui, à leurs yeux, ne vise qu'à affaiblir le service public et notamment l'Education Nationale et les Universités et IUT, car c'est bien la confirmation de la régionalisation de la formation professionnelle avec des régions seules compétentes.

La FNEC-FP-FO, notre fédération de l’enseignement, n'a pas voté la loi PEILLON, synonyme de territorialisation de l'Ecole avec la remise en cause des rythmes scolaires, mais aussi avec la régionalisation de l'Enseignement Professionnel. C'est pourquoi tout naturellement les représentants FO voteront contre ce projet de décret qui n'est qu'un élément d'application de cette loi.

La Confédération Force Ouvrière, dans sa déclaration du 16 juin en défense des IUT et des DUT, se prononce contre « la création de diplômes technologiques régionaux concurrents aux DUT. Leurs contenus seraient définis par des « micro-systèmes économiques locaux », à savoir les régions et le patronat local. FORCE OUVRIERE condamne ces orientations qui aboutiraient à la destruction des DUT comme diplômes nationaux », et également des BTS, tous diplômes reconnus dans les Conventions Collectives.

FO se prononce de manière claire et forte pour la défense de l'Ecole et des Universités de la République qui doivent rester Nationales, et pour l'Ecole et les Universités présentes sur tout le territoire de la République, et l’abandon des projets créant des Ecoles et des Universités des « territoires », des Conseil Régionaux.