Présentation par la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche des résultats des groupes de travail sur la réforme de la licence

La ministre a présidé le 17 mai une réunion de compte rendu des groupes de travail réunis pour la réforme de la licence en application de la loi ORE. Des textes devraient bientôt enfin nous être soumis lors de réunions bilatérales. FO ESR a tenu cependant à rappeler son opposition à toutes les attaques contre les diplômes et les personnels d’ores et déjà contenues dans la présentation faite lors de cette séance.

Déclaration FNEC-FP FO et FO ESR


Le CNESER demande un moratoire sur le projet de fusion à marche forcée INRA-IRSTEA et l’ouverture de négociations immédiates entre organisations syndicales et ministères

Par lettre de mission rendue publique le 6 février, les ministres de tutelle ont chargé les deux PDG de l’INRA et l’IRSTEA de « réfléchir » au « rapprochement » de deux instituts mais en leur fixant deux contraintes majeures : un EPST unique devrait être créé au 1er janvier 2020 et son budget serait plafonné à la somme des budgets actuels de l'INRA et de l'IRSTEA ! Pour y parvenir, à eux (et donc à leurs personnels) de se débrouiller.


Conséquences du RIFSEEP pour les informaticiens du CNRS

La mise en place du régime de primes RIFSEEP a mis en pleine lumière ce qui existait déjà, à savoir, pour les ITA du CNRS, des niveaux de primes minimales inférieurs à ceux existants pour les ITRF dans les universités mais aussi à ceux prévus à l’INRA.

La Ministre de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation le reconnaît dans un courrier du 10 novembre 2017:


CTMESR du 20 avril 2018

Précision : Suite au boycott de la séance du 12 avril, il n’y a pas eu le quorum et le CTMESR a été reconvoqué le 20 avril.

La FNEC FP FO a fait une déclaration liminaire.

Dans ses réponses aux déclarations liminaires syndicales, le DGRH a indiqué :


Groupes de travail sur la licence :
une destruction programmée du cursus et du diplôme

Comme nous l’avons déjà écrit, le « plan étudiants » de la ministre Frédérique Vidal comme la loi ORE ne se limitent pas à l’attaque contre le premier grade universitaire, le baccalauréat, mais s’en prennent également à la licence, avec des transformations profondes dont il est prévu qu’elles prennent effet dès la rentrée 2018. En conséquence le ministère a organisé des réunions de groupes de travail dans le cadre de ce qu’il dénomme une « concertation sociale relative à la réforme de la Licence ».