FO ESR est présent dans les Universités, les IUT, les IUFM, les Ecoles d'Ingénieurs, les Grands Établissements, au CNRS, à l'INRAE, à l'IRD, à l'INSERM, dans les CROUS etc...
Il a vocation à syndiquer tous les personnels de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche quels que soient leurs statuts et leurs catégories.
Actualité

Promotions et avancements, les personnels veulent être défendus, pas jugés !

Des experts au service de l’administration en lieu et place des commissaires paritaires au service de la défense de leurs collègues

La loi dite de « transformation de la fonction publique » du 6 août 2019 est en réalité une loi de destruction des garanties dont bénéficiaient tous les fonctionnaires dans leur carrière.
FO, 1e organisation syndicale de la fonction publique de l’État, s’y est opposée et en demande l’abrogation.


Le scandale PPCR : des centaines d’agents du CROUS bloqués au SMIC !!

Selon le gouvernement, la réforme « Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations » (PPCR) de 2017 avait pour objectif de « revaloriser les grilles salariales » dans l’ensemble de la Fonction Publique. De même le processus de fonctionnarisation des Personnels Ouvriers des CROUS était présenté comme une chance et un progrès pour les agents.

Dans les CROUS, les grilles des fonctionnaires (depuis 2017) puis celles des contractuels (en trois étapes : 2019, 2020 puis 2021) ont fait l’objet de ces « revalorisations ».
[Pour rappel, le « toilettage » des grilles PO n’avait fait l’objet d’aucune négociation entre le CNOUS et les organisations syndicales (OS) : seule une présentation lors d’un CTC (2019) avait permis le passage au vote des OS.
A l’époque, FO ESR avait voté CONTRE ce dispositif que nous jugions pas du tout à la hauteur.]


La ministre Mme Vidal doit retirer ses propos sur l’islamo-gauchisme à l’université et renoncer officiellement à sa demande d’enquête

Après le ministre M. Blanquer, qui avait déclaré en octobre 2020 que l’islamo-gauchisme « fait des ravages à l’université », la ministre de l’ESRI, Mme Vidal, a déclaré le 14 février sur CNews qu’il y a « des gens qui peuvent utiliser leurs titres et l’aura qu’ils ont pour porter des idées radicales ou des idées militantes. », puis répondant à la question « quelles idées ? », elle répond : « De l’islamo-gauchisme ».

Et elle ne s’arrête pas là. Présentant le problème comme grave, « l’islamo-gauchisme gangrène la société dans son ensemble », elle annonce dans cette même émission la commande au CNRS d’une enquête « sur l’ensemble des courants de recherche sur ces sujets dans l’université de manière à ce qu’on puisse distinguer de ce qui relève de la recherche académique de ce qui relève justement du militantisme et de l’opinion. »